LE VOYAGE ASTRAL D'UN LAMA TIBÉTAIN




Blavatsky dans son livre Isis Dévoilée a mentionné l'histoire suivante :

« À son retour à Paris du Tibet, l'abbé Huc lui a raconté à un homme russe nommé Arsenieff, plusieurs des événements extraordinaires dont il fut témoin et qui ne furent pas du domaine public.

Et l’un de ces événements fut le suivant :

Lorsque l'abbé se trouvait dans le monastère de Kunbum, il fit amitié avec un lama, et un jour où il était en train de parler avec ce lama, soudainement le lama cessa de parler et entendit quelque chose que l'abbé ne pouvait pas écouter.

Puis le lama s'exclama comme s'il répondait à un interlocuteur invisible :

-      "Dans ce cas, je devrais y aller."

L'abbé Huc tout étonné demanda :

-      "Allez où ?  À qui parlez-vous ?"

Et le lama lui répondit :

-      "Aller au monastère de xxxxx parce que son dirigeant a besoin de moi et c’est pour ça qu’il m'a appelé."

Alors le lama dit au revoir à l’abbé et il se leva.


L'abbé Huc était très surpris parce que ce monastère se trouvait situé à plusieurs jours de voyage, mais ce qui l’a plus surpris c’est que le lama au lieu de se diriger vers la sortie, il est allé dans une sorte de dôme situé sur le toit du bâtiment principal, où après une brève conversation avec un autre lama, il est entré et l’autre lama l’a enfermée sous clé.

Puis l'autre lama s'est approché de l'abbé pour lui informer en souriant que son ami était déjà parti et qu’il ne pourrait pas le voir pendant plusieurs jours.

L'abbé tout étonné lui exclama :

-      "Mais comment est-ce possible, si vous l'avez bloqué dans ce dôme et qu'il n'y a pas d'issue ?"

Ce à quoi le lama lui répondit :

-      "Et quel obstacle est une porte pour lui ?  Il est parti avec son esprit et non pas avec son corps physique, et puisqu'il n'a pas besoin de son corps physique pour ce voyage, il l'a laissé à ma supervision."


Et malgré les nombreuses merveilles dont l'abbé Huc avait été témoin lors de son voyage risqué au Tibet, l'abbé pensait que les deux lamas mentaient.

Trois jours plus tard, et n'ayant toujours pas vu à son ami, l'abbé demanda pour lui et on lui répondit que son ami retournerait ce jour même. Et au coucher du soleil, alors que les lamas s'apprêtaient à se retirer dans leurs chambres, l'abbé Huc entendit la voix de son ami qui semblait venir des nuages, et qui était en train d’appeler à l'autre lama pour qu’on lui ouvre la porte du dôme, et après quoi la silhouette du lama absent est apparue.

Alors il se rendit immédiatement chez le lama supérieur pour lui informer des messages et communications qu'il avait reçus de l'endroit où il était allé.

L'abbé Huc ne put savoir plus sur ce mystérieux voyage, mais il a supposé que tout cela ne fut qu’une farce préméditée que les deux lamas lui avaient joué avant qu’il quitte cet endroit pour continuer avec son voyage.

Mais si l'abbé Huc avait été plus versé dans la philosophie ésotérique orientale, il n'aurait eu aucune difficulté pour comprendre que le voyage vers ce lointain monastère, le lama l'avait effectué avec son corps astral (alors que son corps physique restait protégé dans ce dôme), et que la conversation que le lama avait eut se faisait également par le biais de facultés occultes, raison pour laquelle l'abbé n’avait pas pu l’écouter. »

(Volume II, Chapitre 12, pages 604-605)




RENCONTRE DE JAMES MORGAN PRYSE AVEC MAÎTRE MORYA


James Morgan Pryse fut l'un des étudiants les plus dévoués de Blavatsky, mais avant qu’il la rencontre physiquement, Pryse raconte qu'il eut une première rencontre avec elle et avec Maître Morya dans un voyage astral. Et c'est ainsi qu’en août 1889, alors qu'il vivait à Los Angeles, Californie, il vécut la suivante expérience :

« Une nuit, alors que je méditais, soudainement le visage de Blavatsky est apparu devant moi. Je l'ai reconnue pour son portrait qui se trouve dans son livre Isis Dévoilée, même maintenant elle se voyait beaucoup plus âgée.

Pensant que l'image était produite par mon imagination, j'ai essayé de l'exclure de ma tête, mais l’image ne s’effaçait pas et le visage semblait devenir de plus en plus impatient jusqu'à ce que je sois soudainement retiré de mon corps physique et aussitôt je me suis retrouvé debout "dans l'astral" devant Madame Blavatsky à Londres. Là-bas il commençait déjà à sortir le soleil, mais elle était toujours assise devant son bureau.

Et pendant qu’elle me parlait très gentiment, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à quel point il était étrange que cette dame âgée et lourde soit un adepte. J'ai essayé de me débarrasser de cette pensée discourtoise, mais elle l'a perçue, et comme si c'était une réponse à ma pensée, son corps physique est devenu translucide, révélant dans s’intérieur un merveilleux corps lumineux.



Puis, soudainement, Maître Morya est apparu devant nous, et je me suis profondément incliné devant lui parce qu’il me semblait être plus un être divin qu'un homme humain. Et sans savoir comment, je savais que c’était bien lui, quoique ce fût la première fois que je le voyais.

Il m'a parlé poliment et il m’a dit :

   -   "J’aurai besoin de tes talents dans six mois."

Puis il se dirigea jusqu'au bout de la pièce, me salua avec la main et il partit. Alors Blavatsky m'a dit aussi au revoir avec les mots suivants :

   -   "Que Dieu te bénisse."

Et soudainement j'ai vu les vagues de l'océan Atlantique au-dessous de moi, j'étais en train de flotter mais je parvenais malgré tout à mouiller mes pieds sur leurs crêtes. Puis, à grande vitesse, j'ai traversé le continent jusqu'à ce que je voie les lumières de Los Angeles, retrouvant mon corps physique assis dans le fauteuil où je l'avais laissé.
. . .

Six mois plus tard, la prophétie de Maître Morya s’est accomplie, car mon frère John et moi-même, lorsque nous revenions d'un voyage en Amérique du Sud, nous avons débarqué à New York et nous avons rencontré à ce moment-là à M. William Judge qui était perplexe devant un problème difficile :

Blavatsky lui avait ordonné d'envoyer les instructions qu'elle avait écrites à tous les membres américains de son école ésotérique, mais elle ne lui avait envoyé qu'une copie de ces instructions et M. Judge n'avait pas les moyens de faire toutes les copies nécessaires.

C'est ainsi que nous avons résolu son problème en créant la presse Arya et en imprimant les instructions sous la forme d'un livre. Et plus tard, en réponse à un câble de Madame Blavatsky, je suis allé à Londres pour faire le même travail là-bas où j'ai créé la presse HPB.

Et quand j'ai vu à Blavatsky, ça n’a pas été nécessaire que nous nous présentions parce que ce fut comme si nous nous étions déjà connus. »

(Article "Memorabilia of HPB" publié dans The Canadian Theosophist, mars 1935, p.2)





RENCONTRE D'ALFRED SINNETT AVEC MAÎTRE KUTHUMI



Le journaliste anglais Alfred Percy Sinnett est fameux pour avoir eu une correspondance avec Maître Kuthumi, mais avant que cet échange épistolaire s'intensifie, Maître Kuthumi lui a fourni la preuve de son existence. Et c'est pour cette raison que dans la troisième lettre que le Maître lui a écrite, il a mentionné ce qui suit à M. Sinnett :

« Mon bon frère,

Dans les rêves et les visions (du moins quand ils sont interprétés correctement) il peut difficilement y avoir un "élément de doute". . . J'espère vous avoir prouvé ma présence auprès de vous la nuit dernière par quelque chose que j'ai emporté avec moi. Votre femme le recevra sur la colline plus tard. Cette fois-ci je n’ai pas de papier rose pour écrire, mais j’espère que le modeste papier blanc servira également à ce que j’ai à dire. »
(Lettre Mahatma 3A, p.10)


Et dans cette lettre, M. Sinnett a écrit une note adjacente qui dit ce qui suit :

« J'ai vu à Kuthumi dans sa forme astrale la nuit du 19 octobre 1880 lorsque je me suis réveillé pour un moment, mais immédiatement je suis redevenu inconscient dans mon corps physique, tandis que dans mon corps astral je me suis retrouvé dans la chambre des vêtements adjacents où j'ai vu un autre des frères, à qui le colonel Olcott m'a informé plus tard que le nom de cet autre adepte est "Serapis" et qu'il "est le plus jeune des Chohans" [chefs de la Hiérarchie]

Cette note de Kuthumi sur cette vision m'est apparue le lendemain matin et ce jour-là, le 20 octobre, nous sommes allés en excursion à Prospect Hill lorsque s'est produit l'incident du coussin. »

Et cet "incident" a dû le surprendre énormément à M. Sinnett, car après cela il a toujours montré une conviction énorme que Maître Kuthumi était un être réel et non pas une invention de Blavatsky comme l’affirmait les détracteurs du mouvement théosophique.

~ * ~

À cette époque-là, M. Sinnett résidait en Inde dans la ville de Simla, et lorsque son travail de rédacteur en chef du journal Pionner termina, il revint avec son épouse et son fils en Angleterre en mars 1883.

Un an plus tard, lorsque William Judge se rendit à Londres en février 1884, il fut plusieurs fois invité par les Sinnett à dîner avec eux. Et il saisit l'occasion pour parler sur cette réunion. Puis plus tard, il lui écrivit à Jasper Niemand :

« J'ai demandé à M. Sinnett de me dire ce qu'il avait vu lorsqu'il avait rencontré à Maître Kuthumi et il m'a dit ceci :

Il se trouvait allongé dans son lit en Inde, quand une nuit il se réveilla soudainement et il trouva à Maître Kuthumi debout auprès de son lit. Il a commencé à se lever, mais Kuthumi a mis sa main sur sa tête, le faisant retomber sur son oreiller et dans son sommeil.

Ensuite, M. Sinnett dit avoir repris connaissance en découvrant avec surprise qu'il se trouvait en dehors de son corps physique et qu'il discutait dans la pièce voisine avec un autre adepte qu'il a décrit comme étant européen, avec de longs cheveux blonds, peau blanche et d’une grande beauté.

Ce frère fait partie des adeptes que le colonel Olcott m'a décrits en 1876 et il est appelé avec le nom de xxxxxx (efface ce nom lorsque tu l'auras lu.)

Et Sinnett m’a dit aussi que cet adepte européen est très haut. . . . »
(Lettres qui m'ont aidé, p.196)

Et bien qu’à cette époque, le nom de cet adepte était tenu très en secret, nous savons maintenant que c’est le Chohan Serapis qui est le chef de Morya, Kuthumi, Hilarion et tous les maîtres appartenant à ce groupe.

Et il est important de noter que la description qu’a donnée M. Sinnett du Chohan Serapis est la même que celle que Blavatsky et le colonel Olcott ont donnée aussi, ce qui m'amène à considérer qu’effectivement il est très probable que M. Sinnett ait eu une rencontre avec ce grand adepte.





QUE PENSE ALICE BAILEY DE LA BOMBE ATOMIQUE ?




Dans son livre "L'Externalisation de la Hiérarchie", Alice Bailey a exposé son point de vue sur les armes nucléaires.


Selon elle, la bombe atomique aurait été secrètement élaborée par les Maîtres de Sagesse :

« La bombe atomique a émergé de l’ashram du premier rayon, en collaboration avec un groupe du cinquième rayon. »
(Section quatre "Étapes de l'externalisation de la hiérarchie", p.548)

Ce qui est complètement faux parce que les Maîtres ont toujours promu la Fraternité Universelle et ils sont contre la violence. Comme l'a dit Maître Jésus :

"Pardonnez à vos ennemis et s'ils vous giflent, montrez l'autre joue."



Alice Bailey a affirmé également que la bombe atomique servirait pour établir un nouvel ordre mondial :

« La bombe atomique changera le mode de vie humain et inaugurera la Nouvelle ère dans laquelle nous n'aurons plus de civilisations (et leurs cultures émergentes) mais une culture mondiale et une civilisation émergente, démontrant ainsi la véritable synthèse qui sous-tend l'humanité. »
(Section quatre "Étapes de l'externalisation de la hiérarchie", p.548)

Et ceci est également contraire à ce que les Maîtres ont enseigné car ils ne parlent pas d'homogénéiser à l'humanité, mais d'apprendre à vivre en harmonie entre nous tous, tout en respectant la diversité qui existe chez les humains.



Et bien que cela vous paraisse incroyable, Alice Bailey a été heureuse que les États-Unis aient fait exploser leurs bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki (causant ainsi la mort de 250’000 Japonais et de 130’000 blessés).

« Je vais maintenant aborder le plus grand événement spirituel qui ait eu lieu depuis l’apparition du quatrième règne de la nature (c’est-à-dire le règne humain). Et je parle de la libération de l’énergie atomique, comme cela a été informé par les journaux de cette semaine (6 août 1945) à cause du bombardement au Japon.

Il y a quelques années je vous avais dit que la nouvelle ère serait annoncée par les scientifiques du monde entier et que l'inauguration du royaume de Dieu commencerait sur la Terre grâce à des recherches scientifiques fructueuses.

Eh bien, cet événement a été accompli avec ce premier pas dans la libération de l'énergie de l'atome, justifiant ainsi ma prophétie sur l'importance de cette année (de 1945) pour notre Seigneur.

Et à continuation je ferai une ou deux déclarations à propos de cette découverte pour vous permettant ainsi de les appliquer et de tirer vos propres conclusions.

On sait encore peu de choses sur la véritable nature de cet événement et nous en comprenons moins, de sorte que certaines idées et réflexions suggérées par moi peuvent être réellement utiles pour vous permettre de contempler cet événement prodigieux sous un meilleur angle.
_ _ _

L'une de ces déclarations est qu'aucun des hommes qui ont dirigé l'effort de l'Axe en Europe aujourd'hui sont psychologiquement normaux [Alice Bailey se réfère aux dirigeants de l'Allemagne nazie et de ses alliés occidentaux]. Tous eux souffrent d'une sorte de détérioration physique et cela a été un facteur réel de leur défaite, bien que difficile à comprendre.

Par contre cela ne se produit pas avec les Japonais dont la constitution psychologique est totalement différente, ainsi que leur système nerveux qui possède la qualité de la quatrième race. Ils seront et sont en train d'être vaincus par la guerre physique et par la destruction physique de leur potentiel de guerre, ainsi que la mort de leur aspect forme.

Cette destruction et la libération consécutive de leurs âmes emprisonnées est un événement nécessaire qui justifie l'utilisation de la bombe atomique sur la population japonaise.
»
(Section trois "Les forces derrière le progrès évolutif de la race", p.491 et 495-496)





MA RÉFLEXION SUR CE QU'A ÉCRIT
ALICE BAILEY

À part le fait que l'opinion d'Alice Bailey est profondément épouvantable parce qu'elle considère «bénéfique l'utilisation de la bombe atomique sur la population japonaise pour libérer leurs âmes», je doute fort qu'elle ait montré la même complaisance vis-à-vis des armes nucléaires si s’avaient été sa famille et ses proches qui auraient été morts et défigurés par la bombe atomique.

Comme l'a dit Maître Jésus:

"Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse à vous."








~ * ~

Et comme anecdote supplémentaire : les instructeurs de la Loge Unie des Théosophes d’Angleterre ont souligné que Mary Bailey (qui a été la deuxième épouse de Foster Bailey après qu’Alice Bailey ait décédé) a écrit que la catastrophe de Tchernobyl survenue en 1986 fut également "un jour merveilleux" pour l'humanité, pour des raisons similaires à celles évoquées par Alice Bailey. Ce qui me fait penser que ces idées tordues ont probablement été inspirées par ce type.