J’ai arrêté temporairement ce blog parce que je suis en train de transcrire
les conférences de Pastor, que vous pouvez lire dans cette page :

www.omniaetpastor.blogspot.com

LE DÉVELOPPEMENT OCCULTE DE LA CONSCIENCE DE SOI



(Note : la conscience de soi est la faculté d’avoir une connaissance de son propre moi.)

Quand l’être humain est apparu sur la Terre [dans cette quatrième ronde], il est apparu avec ses principes supérieurs (mental, âme, esprit) déjà en lui. Il n’y a pas eu donc un temps où il a eu un mental, puis un temps où il a eu une âme, etc. Tout cela vint au même temps. Mais cela ne veut pas dire que l’homme détenait la maîtrise sur ces principes-là, car l’homme n’exerce en fait le mental véritable que depuis peu.

Pourtant il en était pourvu depuis l’origine de sa création. Le plan existait en lui, mais la parcelle qui elle est allée jusque dans la matière. Cette parcelle que l’on pourrait appeler « l’unité personnalité ». Cette parcelle-là, elle ne pouvait articuler le mental, ne pouvait articuler même l’intellect que dans la mesure où un corps physique s’y prêtait suffisamment et des corps subtils étaient suffisamment réceptifs pour pouvoir émettre l’activité mentale.

En réalité, vous ne pensez pas uniquement grâce au cerveau, et vous n’êtes pas dans un état de pouvoir penser uniquement parce que vous avez une conscience, donc un témoin. Vous pouvez penser parce qu’il y a aussi tout un réseau subtil et énergétique qui crée cette capacité. Le siège physique, certes, c’est le cerveau. Le moteur c’est la conscience, mais ce qui va permettre de se rendre compte que l’on pense, c’est par la prise de conscience de soi. Le simple fait de penser ne suffit pas.

Les animaux pensent sans arrêt mais ils ne le savent pas. Ils ne sont pas conscients, mêmes les arbres pensent !  Je vous l’assure. Même un arbre est capable de penser, de s’apercevoir qu’il fait chaud ou qu’il fait froid, qu’il a soif ou qu’il a trop bu. Même un arbre en est capable, mais il ne sait pas qu’il est en train de penser, il ne se rend pas compte. Simplement il y a réaction, exactement comme un muscle même s’il est dissocié admettons du cerveau d’un individu, lorsqu’on le pique si le muscle est encore vivant, il va réagir.

(Évidemment, la pensée d'un animal, et encore plus la pensée d'un arbre, sont beaucoup plus rudimentaires. Par exemple, ils ne vont pas entamer de grands débats philosophiques, mais de même que les êtres humains et à leur niveau, ils pensent aussi.)

Exactement comme lorsqu’on arrache le cœur d’un bœuf, d’un animal que l’on vient de tuer. Pendant encore très longtemps le cœur va continuer de battre, parce qu’il reste encore une énergie. Cela ne veut pas dire que le cœur est conscient de lui-même, il fait un mouvement qui lui est automatique en lui.

Donc, pour que l’homme puisse penser et savoir qu’il pense, il faut créer de la même façon qu’il y a dans l’œil la capacité de capter l’image, et il se trouve que l’image est reçue à l’envers, il faut donc qu’à l’intérieur de la tête y ait quelque chose qui transforme la position de l’image pour renvoyer le cliché de façon correcte à la personne. De cette même façon fonctionne la pensée aussi.

Tout est donc : je vois, je me fais une pensée à propos de ce que je vois. Mais ce qui va me permettre de me rendre compte de ma pensée, et donc de profondément être conscient de ce que je vois, c’est le processus de renvoi d’image, le processus de miroir. Et ce processus de miroir prend sa place uniquement dans le corps astral.

Il fallait donc avant que les hommes puissent véritablement devenir auto-conscients et pleinement auto-conscients, comme cela est possible aujourd’hui (sans qu’il ait là une connotation spirituelle). Il fallait donc qu’avant que vienne cette grande prise de conscience, cette grande capacité à voir et à se rendre compte, il a fallu donc que son corps astral soit parfaitement mis au point et qu’il soit en parfait fonctionnement.

Il a eu donc des âges où les hommes tout en disposant d’une pensée, car la pensée a toujours comme même fondamentalement existée à partir du moment où la Hiérarchie qui guide l’évolution de l’humanité a décidé d’unifier les hommes. La pensée existait toujours, mais elle n’était pas aussi auto-consciente que ce qu’elle peut l’être aujourd’hui. Il a fallu donc à travers les âges, développer énormément le corps astral, ce qui a abouti bien sûr à la catastrophe de l’Atlantide.


Cette catastrophe était jusqu’à un certain point inévitable, et ceux qui jugent les Atlantes en disant :

« Eh bien, ces gens-là n’ont rien compris. Il a fallu qu’ils fassent chuter l’humanité. Ils ne pouvaient pas tenir leurs mains dans leurs poches au lieu d’agiter leurs baguettes de sorciers... »

Ceux qui le jugent de cette façon-là ne comprennent pas l’histoire de l’humanité et le développement occulte de l’humanité. (La suite dans les raisons occultes de la destruction de l’Atlantide)

Pastor (guide spirituel, 22.10.88)

_  _  _

Ce développement occulte par lequel passe l’humanité, j’en donne une introduction dans rondes : développement de l'homme.

D'un autre côté, juger aux Atlantes serait un peu hypocrite de notre part, car en général nous avons été les Atlantes (évidemment dans des réincarnations antérieures). C’est pourquoi les humains ont besoin de traverser par ces grandes périodes de développement, parce que par exemple, s’ils n'avaient pas passé par l’étape atlante, où ils ont développé et perfectionné leur corps astral, alors dans cette étape présente, ils ne pourraient pas agir et continuer à se développer comme ils le font.

Le prochain objectif est que les humains développent leur discernement et ce qu’on pourrait appeler leur conscience spirituelle, à fin qu’ils contrôlent leur nature bestiale et deviennent des êtres harmonieux et responsables. Ceci je le détaille dans :


2 commentaires:

  1. Excellent article, nous sommes des dieux, mais ignorants de notre condition divine. Chacun de nous porte en lui, virtuellement, la gloire tout entière du Fils unique de Dieu. Chacun de nous possède un Cœur, étincelle du Feu divin, principe-germe de son immortalité, garant de son appartenance au Circuit trinitaire, de sa ressemblance avec Dieu.
    Si seulement nous prenons conscience de cette réalité fondamentale, si nous comprenons qu’il nous faut devenir pleinement ce que potentiellement nous sommes, c’est le premier pas vers l’Éveil, le premier pas sur la route sans fin qui nous mènera de l’ego séparé et enténébré au Je de lumière relié à tous les modes du Divin, et de l’agitation illusoire à la toute-puissance bénéfique.
    Une race de dieux: c’est la nôtre, si nous le voulons vraiment. « Vous êtes des dieux et vous êtes tous des fils du Très-Haut », déclare Élohim à l’adresse de ceux qui participent du Feu sacré (Psaume 82, 6), et Jésus reprend cette formule dans un contexte franchement universaliste (Jn. 10, 34). C’est donc bien de nous qu’il s’agit.
    Certains, plus avancés que les autres sur la voie, nous prouvent la réalité de cette affirmation, et ils nous appellent à leur suite. C’est leur enseignement qu’il faut méditer et mettre en œuvre pour se trouver soi-même en trouvant Dieu et tous les êtres. Et c’est cet enseignement que nous proposons à nouveau, immuable noyau de fruits divers, pour nous stimuler nous-même, pour aider tous ceux qui l’attendent, pour régénérer et accroître notre race divine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, nous sommes des dieux encore endormis. Et l’évolution est tout simplement le chemin qui nous mène vers cette condition divine.

      Supprimer