J’ai arrêté temporairement ce blog parce que je suis en train de transcrire
les conférences de Pastor, que vous pouvez lire dans cette page :

www.omniaetpastor.blogspot.com

QU'EST-CE QU’ÊTRE HUMAIN ?


Photo de Bart Nino 

« Beaucoup de personnes s’imaginent que la spiritualité est quelque chose de tellement parfait, de tellement élevé, qu’il faut absolument se défaire de toute humanité pour l’atteindre. Or si vous aviez les yeux pour voir et le cœur pour sentir la nature des choses, vous vous rendriez compte qu’en fait, celui qui est le plus spirituel est en même temps l’être qui est le plus humain. C’est lorsqu’un homme arrive à être profondément humain qu’il est capable de toutes les bontés, de rechasser la guerre pour chercher la paix, d’anéantir toutes les négativités pour qu’existe les harmonies.

Tandis qu’un individu qui n’est que lui-même, qui est tout simplement le flux et le reflux de désirs, d’émotions, d’ambitions et de projections. Cet individu-là ne peut pas véritablement prétendre être humain. Il existe donc toute une marge entre ce que vous appelez homme et la capacité d’humanité de cet homme.

Lorsque vous regardez le monde, vous vous apercevez bien qu’il n’y a pas d’humanité véritable dans le cœur des hommes et dans leurs actions, qu’il existe encore des guerres, des tortures, des esclavages. Dans les relations sociales règne la compétence et l’agressivité, dans les relations avec l’argent règne les escroqueries, les exploitations, etc.

Je ne voudrais pas être dur avec la famille humaine et pourtant, il faut dire les choses telles qu’elles sont. L’humanité se croit humaine, mais elle ne l’est pas, du moins pas encore. L’individualité qui a été développée est si lourdement encore ancrée dans les basses passions de l’astral qu’il suffirait d’un pas pour que l’individu se rapproche de l’animal, et quand je dis “animal”, il ne faut pas imaginer ce terme sur un plan péjoratif. Je dis même que pour certains, il y aurait plus de valeur évolutive, plus de tranquillité et plus de sérénité à rester dans le règne animal qu’à devenir ce genre d’individu dont je parle et qui n’est pas encore pleinement humain.

L‘animal est régi par un certain nombre de lois. L’animal ne se crée pratiquement aucun karma. Il y a un certain karma vis-à-vis de l’homme qui s’est créé à cause de l’agressivité des animaux sauvages qui pendant longtemps ont terrorisé et dévoré les hommes. Mais c’est un karma infime, car l’animal n’a pas de conscience véritable lui permettant de juger ce qu’il fait, donc d’être jugé pour ce qu’il fait. Alors que l’homme, ou en tout cas celui qui commence à devenir un homme, détient cette étincelle que l’on appelle le témoin du mental. Une forme donc d’auto-conscience lui permettant une analyse sur lui-même et une autogestion de ses propres pulsions.

Par là, l’homme devient pleinement responsable de ses actes, puisqu’il a le pouvoir de les choisir. C’est pourquoi je dis que pour beaucoup d’individus, il vaudrait mieux qu’ils soient encore des animaux, plutôt que d’essayer de courir dans la famille humaine. Ils se feraient beaucoup moins de mal et en feraient beaucoup moins aux autres.

Ce qu’il faut donc comprendre, c’est que si vous avez atteint le niveau pour développer ce sens de la responsabilité et du pouvoir, si les Maîtres du karma, les seigneurs de l’évolution ont accepté de faire descendre sur l’humanité cette étincelle qu’est le mental, la libérant par là même des règnes inférieurs pour pouvoir aller vers l’archétype humain, c’est qu’il est attendu de la famille humaine qu’elle devienne véritablement humaine et qu’elle ne reste pas simplement à l’état de bêtes intelligentes, avec leur conscience vibrant bassement dans l’astral, avec juste ce qu’il faut de mental pour faire encore plus de bêtises que ne le feraient les animaux.

Il y a un danger à obtenir le mental, cela paraît pourtant une belle chose, avoir des idées, pouvoir conceptualiser, pouvoir parler, cela semble être le point d’humanité de l’homme, le point où donc il va se distinguer des animaux. Pourtant, il y a un réel danger à recevoir cette étincelle, (et c’est qu’à force d’accumuler karma négatif pour le mal qu’il fait, l’être finit par se détruire à niveau vibratoire, voir comment est la vie dans l’au-delà ?)

Le mental n’est pas un fondement qui puisse de lui-même s’effectuer avec pureté. Le mental est donc un instrument, le mental n’est pas une loi divine. Il existe des concepts divins, mais il n’existe pas d’intellect divin. L’intellect est propre à l’activité humaine. Et lorsqu’un homme reçoit cette capacité d’intellectualiser, de concevoir, de se rendre compte exactement de ses pulsions, de ses désirs, et qu’il peut ainsi créer des plans pour obtenir ce qu’il veut ou créer ce qu’il souhaite, il peut devenir un magicien noir ou un magicien blanc.

Lorsque je dis magicien, je parle de magie qui touche la vie de tous les jours, la manipulation de la substance de la pensée, des désirs, des émotions, etc. Ce qui fait que, ce que vous allez faire à votre voisin peut-être interprété comme de la magie, même s’il n’y a aucun rituel ou incantation là-dedans. La puissance de l’homme vient de son mental, de ce qu’il a été capable un jour de conceptualiser et de pouvoir concevoir l’objet qu’il désirait et la méthode qu’il pouvait créer pour obtenir cet objet.

S’il n’y avait pas eu cette étincelle donnée à l’humanité, il n’y aurait eu aucune évolution, ni même aucune idéation divine. C’est-à-dire que l’homme n’aurait jamais pu se douter qu’existaient des forces supérieures, qu’existaient de grandes galaxies, qu’existaient des notions très vastes et absolues comme le temps et l’espace. C’est par le mental que l’homme arrive à devenir supérieur à tous les autres règnes terrestres, à toutes les autres créatures de la nature.

Alors, je vous le demande, qu’allez-vous faire avec ce mental ?


Puisqu’il est le point de croisement des puissances, puisqu’il est le point d’éclat d’intelligence, qu’allez-vous faire avec cela ?

Si vous mettez ce mental au service de vos passions, vous allez devenir très intelligents, très compétents, dans la capacité d’obtenir l’objet de vos passions, d’exécuter vos passions. Et la vie de tous les jours vous permet largement d’illustrer ce que je viens de dire, que ce soit pour de petits ou de grands objets.

Par exemple, un être ambitieux trouvera toutes les méthodes pour arriver à ses fins. Une femme coquette arrivera à trouver les moyens de s’offrir la robe qui l’a séduite dans la vitrine. Un homme arriviste trouvera les moyens d’obtenir le poste qu’il convoite, etc. Que ce soit pour obtenir une petite ou une grande chose, sachez que vous ne pouvez pas être conscient de votre désir, ni fabriquer l’acte qui convient pour obtenir l’objet désiré. S’il n’y avait pas le mental, vous ne pourriez pas faire cela. »
Pastor (guide spirituel, 28-05-89)

Le problème est que les vils désirs, les désirs appartenant à l'astral qui sont appelés « les basses passions » sont comme les drogues, sur le moment leur réalisation te remplit de satisfaction, te remplit d’euphorie, mais l'effet est de courte durée et tu vas avoir besoin de doses plus en plus grandes pour produire la même sensation, provoquant que progressivement ces basses passions vont te dominer et pervertir ton intégrité. Le pire c'est que le mal que tu fasses aux autres pour satisfaire ces désirs va t’emprisonner dans le karma de la Terre. Par contre, si tu t’efforces pour dépasser ta nature inférieure, pour devenir un être de plus en plus humain, t’attend dans l'avenir une vie magnifique pleine de bonheur et de joie merveilleuse.

C’est intéressant de voir comment les anges dans le livre Dialogues avec l’Ange ont une réflexion semblable :

« Les trois degrés [inferieurs : minéral, végétal, animal] seront contenus dans le quatrième, l’Humain. Mais nous – les soi-disant humains – ne sommes pas encore l’Humain, le Quatre. Notre tâche est de commencer à vivre ce quatrième degré et de devenir un lien conscient entre le monde crée et le monde créateur.
- - -
[La véritable Vie] Tu ne la connais pas encore, car tu es en train de naître. Tu rêves encore de la Vie.
Une Vie viendra, en comparaison de laquelle la vie actuelle est : mort.
Tu ne pourrais pas encore la supporter, mais prépare-toi !
Quelquefois déjà tu la sens. »
(Entretiens 44, p257 et 30, p185)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire