LA FRONTIÈRE ENTRE LA VIE ET LA MORT





EXPLICATION DONNÉE PAR MAÎTRE PASTOR

Lorsqu’on lui a posé la suivante question :

Vous avez souligné dans une conversation antérieure sur l’importance de que chacun soit conscient au moment de sa mort pour que ce passage, ainsi que la période de transition entre la mort et une nouvelle vie, soient bien vécus.

Quel message pouvez-vous donner à tous ceux qui accompagnent des mourants et à ceux qui sont confrontés à la mort d’un de leurs proches, pour que leur aide soit efficace, et notamment dans les cas où le mourant n’est pas conscient de sa nature spirituelle ?

Et en ce qui concerne l’information sur ce qui se passe après la mort, certains instructeurs dissent que les contacts sont possibles entre les vivants et les morts. Et si cela est le cas, est-il possible dès lors de continuer à aider l’âme d’un proche pendant la transition ?


Maître Pastor a répondu ceci :

« Pour nous il n’y a pas vraiment de séparation entre la vie et la mort. Et c’est pour cela que lorsque nous parlons de la mort, en fait nous continuons à parler de la vie seulement que dans une autre dimension. Évidemment non pas de la vie du corps physique puisque celui-ci a été détruit, mais de la vie de la conscience qui continue à exister même après la mort.

Il faut voir l’existence humaine comme une fabuleuse manifestation qui va au-delà de la vie physique, et il faut voir la roue de la vie humaine comme une roue qui ne s’arrête jamais et qui apporte vie après vie, des expressions nouvelles et une richesse nouvelle de manifestation.

Tout est renouvelé !

Et c’est pour cela que pour comprendre ce que c’est la mort (ou pour en avoir une intuition plus juste) il faut méditer sur le concept de renouvellement.


Maintenant, en ce qui concerne les gens qui sont mourants, si vous voulez accompagner correctement à vos êtres chers qui sont en train de mourir (et cela sans importer qu’ils soient spirituels ou non), alors vous devez savoir qu’il y a un saut de conscience qui se produit au moment de la mort.

Et ce saut de conscience se produit pour tout le monde. Alors même celui qui est extrêmement matérialiste, ou celui qui est extrêmement athée, au moment où il va basculer de l’autre côté, au moment où il va quitter son corps, il y a un moment où sa conscience perçoit tout ce qu’il faut pour admettre l’existence du monde subtil et le connaître.

Et c’est dans ce sens que le moment de la mort peut représenter pour beaucoup de gens un moment initiatique, et aussi un moment de compréhension pour tout ce qui est de l’Au-delà.


Pourquoi est-ce qu’existe ce petit espace ?

Eh bien, c’est parce que lorsque l’individu achève sa dernière respiration, puisque c’est sur un expire que l’individu meurt, immédiatement et de manière instantanée son âme sort de son corps physique, mais comme il a encore suffisamment d’énergie (et cela quel que soit son niveau de conscience) il peut constater comme son enveloppe charnelle reste sur le plan physique, et il peut aussi observer les autres gens, mais voir leur aura et le rayonnement vibratoire de chaque chose. Et à ce moment-là, il comprend ce qu’est la véritable dimension de la vie.

Ce qui fait que lorsqu’un individu se trouve à la fin de sa vie, et malgré qu’à ce moment-là il continue à manifester sa personnalité dure et entêtée, le préférable est de lui dire tout ce qu’il va trouver de l’autre côté même s’il ne le veut pas écouter.

Même s’il vous dit :

« Mais tu sais bien que je ne te crois pas. Tu ne vas donc jamais me laisser en paix ? Jusqu’au moment de ma mort tu vas encore m’ennuyer avec ces histoires. »

Il faut alors lui répondre ceci :

« Mais justement, Papa, c’est parce que tu es au moment de découvrir ces choses que je dois te les dire, parce que je ne serais pas ton enfant si je ne te les disais pas, et tu verras, donne-moi encore deux secondes, encore une seconde, quand tu seras passé de l’autre côté, tu verras tout ce que je t’ai dit et tu comprendras. »

Et même s’il ne vous écoute pas, il faut persister car lorsque l’individu quitte son corps, quels que soient donc ses convictions, en s’apercevant de ce qu’est véritablement la Vie, eh bien à ce moment-là il se souvient de tout ce qu’il a entendu à propos de cette Vie supérieure.

Mais par contre s’il n’a rien entendu, alors il reste là tout ahuri, tout surpris, tout hébété, ne sachant pas quoi faire, et il ne sait pas s’il doit concentrer sa pensée pour aller vers le haut, ou s’il doit diriger son esprit dans un endroit horizontal, ou s’il doit aller à droite, ou s’il doit aller à gauche, ou s’il doit attendre quelqu'un.

Il est comme un enfant perdu et généralement la peur vient sur ces gens. Et au bout de quelques instants, tous les attachements reviennent à la surface, et si l’individu avait des attachements très durs, très sévères, il est précipité dans les abords de la matière.

Et ceci rend la tache du Guide très difficile, parce qu’il n’arrive pas à aller prendre l’individu quand celui-ci se trouve si proche de la matière. Il ne peut pas, et il doit laisser alors que ces énergies liées à ces attachements progressivement s’épuisement, ce qui permettra que l’individu, comme un ballon remonte petit à petit, jusqu'à ce qu’enfin le Guide puisse le prendre au vol et alors il l’emmènera :

-      soit à dormir s’il n’est pas encore assez évolué,
-      soit il l’emmènera dans un Ashram s’il commence déjà à évoluer,
-      soit il lui conférera un travail à faire s’il est déjà suffisamment évolué.

Donc, tout ce que l’on pourra dire, même si cela donne des maux de tête à ces Messieurs et à ces Dames incrédules, toute cette information ne pourra que leur servir au moment de la mort. Parce qu’à ce moment-là, même si trente ans ou cinquante ans avant cette personne a entendu dire par quelqu'un, sous la pluie, sous le parapluie, à l’autobus :

« Eh bien, tu sais l’âme existe, il y a un rayonnement fabuleux autour de chaque être, il existe les chakras, il existe l’aura. »

Cela n’aura été qu’une conversation comme ça attrapée durant un moment où l’on ne savait pas quoi faire, parce qu’il pleuvait et que l’on attendait l’autobus.

Et pendant trente ans, pendant cinquante ans, la personne ne pensera plus jamais à ce qu’elle a entendu, mais au moment de la mort, au moment où tout l’acquis obtenu par la personne devient effectif et remonte dans sa conscience, alors à ce moment-là voyant la vie réelle sans le manteau de la matière qui l’occulte, cette personne se souviendra des paroles de vérité qu’elle avait écoutées et elle ne sera pas stupéfiée.

Cette personne n’aura plus peur de l’endroit où elle se trouve, et elle ne tentera pas de se précipiter dans la matière ou autour de son corps. Elle acceptera le passage qu’est la mort, elle acceptera sa nouvelle dimension et elle acceptera la main du Guide qui vient la chercher. La main du Passeur en quelque sorte. La personne n’aura pas peur, elle saura le voir, lui faire confiance, le reconnaître et elle partira avec lui.

Ou bien si l’individu est suffisamment évolué pour mourir en pleine conscience, pour mourir en acceptation de ce qui est en train de se produire, alors il saura par la force de son esprit se précipiter comme une fusée à l’endroit, à la dimension où il est attendu.

Cela c’est la mort des Initiés. Il n’y a aucun Passeur qui vient prendre à l’Initié lorsque celui-ci meurt. Lui-même, l’Initié, lorsqu’il passe de l’autre côté, il sait qu’il est passé, il connaît son ciel et il condense les atomes invisibles dont il est composé.

Il les condense, il les amalgame, il détermine la position (exactement comme un pilote  détermine sa ligne de vol) et il va directement à la vitesse de la pensée à l’endroit où se trouvent ses autres Frères et Sœurs et les Maîtres.

Donc lorsque vous avez affaire à un mourant, il faut, même si cela lui est pénible, lui parler un tant soit peu de ce qu’il y aura de l’autre côté, parce que cela peut l’aider à accepter ce qu’il va trouver de l’autre côté.


Maintenant ce qu’il faut faire pour des gens qui ne sont plus très conscients et qui meurent par exemple d’une mort débilitante qui petit à petit épuise leur être, pour ces gens il y a beaucoup moins à faire parce qu’ils sont déjà en partie partis justement, étant donné qu’ils ont déjà partiellement quitté leur corps.

Lorsqu’un individu arrive au bout de l’utilisation de son corps physique, soit parce que cela est le moment de sa mort, ou soit parce qu’ayant commis des graves erreurs, il a mis son corps en très mauvais état faisant que son corps s’étiole prématurément et la mort arrive.

Et lorsqu’il y a diminution de la conscience mais conservation comme cela de la chair, dans ces cas l’individu ne reste pas tout le temps dans son corps. Et ceci de la même manière que l’individu ne reste pas tout le temps dans son corps lorsqu’il dort.

Tout le monde sort, tout le monde voyage avec son corps astral. Chaque fois qu’il y a diminution de la conscience objective, alors automatiquement l’individu sort. Dès que donc le gardien du monde physique s’estompe, la liberté pour l’âme apparaît et elle s’en va voyager dans les autres dimensions.

Ce qu’il faut faire donc pour ces gens-là qui se trouvent dans cet état, c’est faire une préparation, comme savent le faire les Prêtres de la religion actuelle. C’est nettoyer le corps astral, le corps éthérique et même le corps physique par l’Absolution, de façon à ce que toutes les attaches soient coupées et que l’âme puisse définitivement partir.

Car lorsqu’un individu est amené à mourir par ce genre de mort lente et inconsciente, il risque de rester des attaches trop profondes parce que justement il ne peut pas se rendre compte réellement de sa dissociation avec le corps. Et alors inconsciemment, comme dans un demi-rêve, il continue à entretenir sa vie.

Et c’est ce qui se produit généralement avec les gens qui se trouvent plongés dans le coma. »

(Conférence du 27.05.88)




Et dans une autre conférence Maître Pastor a donné quelques détails de plus sur cette frontière qui existe entre le monde physique et le monde subtil :

« Ce qui fait que l'on s'interroge lorsque l'on est incarné à propos de la vie qui existe de l'autre côté, et ce que l'on peut éventuellement faire pour poursuivre l'évolution vient du fait justement que l'on ne connaît pas exactement la substance de l'âme.

Parce que si vous connaissiez exactement ce que c’est la substance de l'âme, alors cette question-là ne jaillirait pas dans votre esprit. Mais puisqu’il y a question, il y a forcément une barrière.

Et quelle est cette barrière ?

Cette barrière existe du fait du cloisonnement des plans, du fait du cloisonnement des sections de vie, c’est-à-dire des diverses activités d'une conscience qu’elle soit plongée dans la matière ou sortie de la matière.

Pour bien comprendre la différence qu'il y a, et en même temps l'unité qui existe entre la vie physique et la vie de l'au-delà, il faut bien comprendre ces délimitations qui cloisonnent ces différents plans.

Toutefois il faut savoir que ces délimitations ne sont pas véritablement importantes depuis un point de vue occulte, c’est-à-dire que ces délimitations ne vont pas forcément être intransigeantes et être comme des obstacles à la traversée entre les plans, ou au voyage entre les plans.

Cependant ce qu’il faut comprendre c’est que ces cloisons, ces voiles parce qu’il s’agit plutôt des voiles car la substance qui sépare les différents plans n’est pas plus épaisse que cela. Ces voiles sont des conditionnements. Et c’est ce qui fait de ces voiles une véritable cloison, parce qu’il y a une façon très spéciale d’être conditionné lorsque l’on passe à travers de ces voiles.

Autrement dit, et pour vous donner une analogie, si l'on veut se rendre dans un pays étranger, il faut absolument devenir tel que l'on vit et tel que l'on est dans ce pays étranger. C'est comme si lorsque vous vouliez aller au pôle Nord, il vous faudrait absolument non seulement vous vêtir de la façon adéquate, mais en plus ressembler aux gens qui habitent et qui vivent dans le pôle, de façon à pouvoir aller dans le pays.

Eh bien, de la même façon lorsque l'entité humaine descend dans la vie physique, dans la matière, il lui faut absolument se revêtir d'un certain conditionnement pour pouvoir vivre dans la matière, parce que sinon on ne fait pas véritablement partie du plan physique, et on ne va pas pouvoir agir dans la matière et avoir une efficacité dans le plan physique.

Et c'est pour cela que malgré toute l'apparente facilité qu'auraient certains esprits et certains guides, et certains frères à travailler depuis les plans invisibles, eh bien malgré cela à un moment donné il devient absolument nécessaire de passer à l'incarnation pour véritablement avoir une pression sur le monde matériel, l'organisation matérielle, soit la société, soit une religion, soit un système politique ou financier, ou quoique ce soit d'autre.

Mais revenons à cette cloison qui sert en même temps de conditionnement.

Donc, quand l'entité descend dans la matière, elle va nécessairement passer à travers ce voile, exactement comme vous passeriez à travers le rideau d'une chute d'eau même si vous allez simplement à l'intérieur de la grotte qui se trouve cachée derrière ce rideau d'eau. Et si cette grotte est sèche, vous arriveriez quand même mouillés parce que vous aurez passé par le rideau d’eau.

Eh bien, lorsque vous vous incarnez. Parce que pour pouvoir comprendre ce que lui passe à l'âme après que son corps physique meurt, il est nécessaire que d’abord je vous explique comment se déroule sa descente dans la matière. »

(Conférence du 12.03.89)








EXPLICATION DONNÉ PAR BLAVATSKY

C’est intéressant de constater que Madame Blavatsky a aussi affirmé que la frontière entre les vivants et les morts est très mince :

« Plus je vois de séances spiritistes et plus je me rends compte à quel point elles sont dangereuses pour l'humanité, car même si les poètes parlent de la séparation qui existe entre le monde physique et l'au-delà, il n'y a pratiquement pas de séparation !

Les gens s’imaginent qu'il existe une barrière parce que nos sens auditif, visuel et tactile ne permettent pas à la plupart des gens de pouvoir regarder au-delà de la matière. Mais la nature a bien fait de nous donner des sens limités parce que sinon l'individualité et la personnalité de l'homme seraient impossibles à cause que les morts se mêleraient continuellement avec les vivants et les vivants seraient continuellement assiégés par les morts.

Et plus les séances spiritualistes leur ouvrent les portes, et plus l'épidémie nécromancie se propage; et plus les médiums et les spiritistes seront unanimes à répandre le fluide magnétique de leurs évocations, et plus les morts auront une influence morbide sur les vivants. »
(The Path Magazine de février 1895, p.379, extraits)



Et Blavatsky a aussi précisé qu’au moment de la mort, pendant une courte période les humains acquièrent un état de conscience élevé qui leur permet de voir la vie dans sa nature supérieure :

« Au moment solennel de la mort, tout être humain, même lorsque la mort est soudaine, voit défiler devant lui toute sa vie dans ses moindres détails. Et pendant un court instant, l’ego personnel devient un avec l’Ego omniscient.

Mais cet instant est suffisant pour vous montrer toute la chaîne des causes qui ont intervenues pendant votre vie, et en ce moment l’humain lit sa vie comme un spectateur regardant la terre qu'il quitte et il comprend la raison de toutes les souffrances qu'il a expérimentées pendant sa réincarnation. »
(La Clé de la Théosophie, p.162)






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire