J’ai arrêté temporairement ce blog parce que je suis en train de transcrire
les conférences de Pastor, que vous pouvez lire dans cette page :

www.omniaetpastor.blogspot.com

POURQUOI NE NOUS SOUVENONS PAS DE NOS VIES PASSÉES ?



Blavatsky dans son livre La Clef de la Théosophie y répond :

Vous m'avez donné un aperçu général des sept principes. Comment permettent-ils d'expliquer que nous n'ayons aucun souvenir d'avoir vécu auparavant ?

D'une façon très simple. Les « principes » que nous [les occultistes] appelons inférieurs, et dont la science ne nie aucun, bien qu'elle leur donne d'autres noms. À savoir : le corps [physique], la vie [qui l’anime], les instincts passionnels et animaux, ainsi que l'eidôlon astral de chaque homme (qu'il soit perçu par la pensée ou par l'œil de notre mental, ou qu'il ait une apparence objective, distincte du corps physique) ; ces principes sont ainsi désignés [dans la théosophie originelle] : sthûla sharîra, linga sharîra, prâna et kâma-rûpa [ses noms respectifs en sanskrit].

Pour le rendre plus clair, l'homme est constitué de sept principes, un corps physique et six enveloppes subtiles, les quatre principes plus denses sont appelés inférieurs, parce que contrairement aux trois principes supérieurs, ils ne sont pas permanents, mais se renouvèlent à chaque réincarnation.


[Alors, ses quatre principes inférieurs] se désintègrent après la mort avec les éléments qui les composent, et la mémoire disparaît en même temps que son cerveau. Cette mémoire évanouie d'une personnalité disparue ne peut donc se souvenir de rien, ni enregistrer quoi que ce soit dans la réincarnation suivante de l'Ego, [puisque la mémoire a été détruite avec son instrument le cerveau]. (Mais avant de mourir, le cerveau a projeté toutes les informations à l’Ego, c’est- à-dire l’être intérieur, je le détaille dans Est-il vrai qu’au moment de mourir, on voit passer toute notre vie?)

La réincarnation veut dire que l'Ego sera pourvu d'un corps nouveau, d'un cerveau nouveau et d'une mémoire nouvelle. Il serait donc aussi absurde de s'attendre à ce que cette mémoire nouvelle se souvienne de ce qu'elle n'a jamais enregistré que d'examiner au microscope la chemise qu'un assassin n'a jamais portée, pour y chercher les taches de sang qui ne se trouvent que sur des vêtements qui ont été les siens. Ce n'est pas la chemise propre qu'il faut inspecter, mais bien les habits portés au moment où le crime a été commis ; cependant, si ceux-ci ont été brûlés ou détruits, comment faire pour les retrouver ?

Pour donner une analogie moderne, c'est comme si vous changiez d'ordinateur et vous vous demandiez pourquoi le nouvel ordinateur ne se souvient pas de ce que vous avez fait et travaillé dans l'ancien ordinateur ?  La réponse c’est parce que le nouvel ordinateur contient un nouveau disque dur qui a commencé à fonctionner seulement après avoir changé de machine et donc ne contiennent pas les informations qui étaient stockées sur le disque dur de l'ancien ordinateur.


Oui, mais alors comment pouvez-vous acquérir la certitude que le crime a jamais été commis, ou que « l'homme à la chemise propre » a vécu auparavant ?

Ce ne sera certainement pas par des procédés physiques, ni en comptant sur le témoignage de ce qui n'existe plus. Mais il y a ce qu'on appelle les preuves indirectes, qui ont une valeur puisque nos lois, dans leur prudence, les acceptent, peut-être même plus souvent qu'elles ne le devraient. Pour se convaincre de la réalité de la réincarnation et des vies passées, ce n'est pas avec sa mémoire passagère que l'individu doit se mettre en rapport, mais avec son Ego réel et permanent.

Au moment de réincarner, la conscience plonge dans la matière, ce qui limite sa perception au monde physique et limite son souvenir à ce qu’enregistre son nouveau cerveau. Pour pouvoir accéder aux informations de ses précédentes réincarnations, il est nécessaire que l’homme s’élève à des niveaux vibratoires de conscience que l'homme actuellement ne contrôle pas encore, mais progressivement il le fera, au fur qu’il avance dans son évolution.


Mais comment les gens peuvent-ils croire à ce qu'ils ne connaissent pas et n'ont jamais vu, et qui plus est, avec quoi ils ne sont jamais entrés en rapport ?

Si des hommes et des plus instruits, croient à la pesanteur, à l'éther, à la force, à toutes les autres abstractions et « hypothèses de travail » de la science, sans les avoir jamais touchées, senties, vues, entendues, ni goûtées. Alors, pourquoi d'autres personnes ne pourraient-elles pas croire, selon le même principe, à leur Ego permanent qui est une « hypothèse de travail » beaucoup plus logique et importante que n'importe quelle autre ?


Mais, en définitive, qu'est-ce que ce mystérieux principe éternel ?
Pouvez-vous en expliquer la nature, afin de le rendre intelligible à tous ?

C'est l'Ego qui se réincarne, le « Moi » individuel et immortel, et non le « Moi » personnel. En un mot, c'est le véhicule de la MONADE Âtma-Buddhique, ce qui est récompensé en Devachan et puni sur la Terre. Enfin, c'est ce à quoi se rattache le reflet seulement des skandhas ou attributs de chaque incarnation.

(Devachan est la région subtile où les humains reposent entre deux réincarnations, c’est l’équivalent au paradis dans le christianisme.)


Comment se fait-il alors que l'homme réel ou Spirituel n'imprime pas cette connaissance dans son nouveau « Moi » personnel ?

Comment se fait-il que des servantes dans une pauvre ferme aient pu parler hébreu et jouer du violon quand elles étaient en transe ou dans un état somnambulique, alors qu'elles n'avaient rien appris de pareil dans leur condition normale ?  Parce que, comme vous le dirait tout psychologue authentique de l'ancienne école, non de votre école moderne : l'Ego Spirituel ne peut agir que lorsque l'Ego personnel est paralysé. Le « Moi » Spirituel de l'homme est omniscient et possède toute connaissance innée en lui, tandis que le soi personnel est la créature de son environnement et l'esclave de la mémoire physique. Si le premier pouvait se manifester sans interruption et sans entraves, il n'y aurait plus d'hommes sur la terre : nous serions tous des dieux. (Voir Comment fonctionnent les pouvoirs des Maîtres ?)


II devrait toutefois y avoir des exceptions et certaines personnes devraient se souvenir de leurs vies passées.

Et en effet, certaines s'en souviennent. Mais qui croit à ce qu'elles disent ?  Le matérialisme moderne considère de tels sensitifs comme autant d'hystériques hallucinés, d'enthousiastes détraqués ou de charlatans. Mais les gens feraient bien de lire les ouvrages qui ont été écrits sur ce sujet, principalement Réincarnation A Story of Forgotten Truth par E.D. Walker, membre de la S.T., ils y découvriraient toute la masse de preuves que verse cet auteur compétent au dossier de cette question controversée. Si vous parlez de l'âme aux gens, certains vous demanderont :

« Mais qu'est-ce que l'âme ? »
« Avez-vous jamais prouvé son existence ? »

Bien sûr, il est mutile de discuter avec les matérialistes, cependant, même à eux, je voudrais poser la question :

« Pouvez-vous vous rappeler ce que vous étiez ou ce que vous faisiez, quand vous aviez l'âge d'un bébé ?  Avez-vous conservé le moindre souvenir de votre vie, de vos pensées, de vos actions ou de quoi que ce soit de ce que vous avez vécu pendant les dix-huit premiers mois ou les deux premières années de votre existence ?  Pourquoi donc ne niez-vous pas, au nom du même principe, avoir jamais vécu comme des bébés ?  »

Par ailleurs, si nous ajoutons à tout cela que l'Ego qui se réincarne (ou l'individualité) ne conserve pendant la période du Devachan que l'essence de l'expérience de sa vie antérieure sur la terre (c'est-à-dire celle de la personnalité), l'expérience physique tout entière se trouvant réduite à un état de réalités potentielles ou étant traduite, pour ainsi dire, en formules spirituelles. (Voir renaissance, développement et mort dans le Devachan)

Et si, de plus, nous n'oublions pas que le temps qui s'écoule entre deux renaissances correspond (selon ce qui est dit) à une durée de dix à quinze siècles, pendant lesquels la conscience physique est entièrement et absolument inactive, puisqu'elle n'a pas d'organes pour agir et par conséquent n'a pas d'existence, il devient parfaitement clair qu'il ne peut y avoir aucun souvenir d'existence passée dans la mémoire purement physique.


Vous venez de dire [cependant] que L'EGO SPIRITUEL est omniscient. Que devient alors cette omniscience dont vous faites tant de cas, pendant ce que vous appelez la vie en Devachan ?

Pendant ce laps de temps, elle est latente et potentielle, avant tout, parce que l'Ego Spirituel (le composé de Buddhi-Manas) n'est pas le Soi Supérieur qui étant un avec l'Âme Universelle (ou le Mental Universel) est seul omniscient. Ensuite, parce que le Devachan est le prolongement idéalisé de la vie terrestre qui vient de se terminer, une période d'ajustement rétributif et une récompense pour tous les torts et pour toutes les souffrances immérités subis dans cette vie particulière.

L'Ego Spirituel n'est omniscient que potentiellement en Devachan, c'est exclusivement en Nirvana qu'il le devient de facto, en s'immergeant dans l'Âme-Mental Universelle. Néanmoins, l'Ego redevient quasi-omniscient pendant les heures de la vie terrestre où certaines conditions anormales et certaines modifications physiologiques du corps le dégagent des entraves de la matière, comme par exemple, dans le cas déjà cité de ces somnambules : une pauvre servante qui parle hébreu et une autre qui joue du violon.

Cela ne veut pas dire que les explications que la médecine donne de ces deux cas ne contiennent rien de vrai. Une de ces jeunes filles avait, en effet, quelques années auparavant, entendu son maître, un pasteur, lire à haute voix des textes hébraïques et l'autre avait entendu un artiste jouer du violon à la ferme. Mais ni l'une ni l'autre n'auraient pu accomplir aussi parfaitement ce qu'elles ont fait, si elles n'avaient été animées par CELA qui est omniscient, en vertu de l'identité de sa nature avec le Mental Universel. Dans l'un de ces deux cas, le principe supérieur a agi sur les skandhas et les a mis en mouvement. Dans l'autre, la personnalité étant paralysée, l'individualité s'est elle-même manifestée. Veuillez bien ne pas confondre les deux.

(Remarque : J’ai enlevé la partie qui traite sur les skandhas parce que c’est un thème plus avancé qui peut embrouiller l'explication.)

2 commentaires:

  1. Bonsoir,

    Je suis globalement d'accord avec ce qui est écrit dans ce paragraphe mais j'aimerais tout de même ajouter la notion d'évolution de l'âme. Je ne prétends pas détenir LA vérité mais au regard de mon expérience: je suis radiesthésiste depuis peu suite à un déclic et j’ai la chance d’entretenir des dialogues constructifs avec différentes entités via mon âme.
    Le créateur (alias Dieu, Le Père, etc.) ne s'est jamais incarné dans un corps ici ou ailleurs mais il "délègue" les missions majeures aux conseillers (les quelques âmes du rang le plus évolué). Parmi leurs incarnations remarquables, on peut citer par exemple: Shiva, Krishna, Vishnu, Moise, Abraham, Josh de Nazareth, Mahomet, Thor, Parmis, etc.
    La périodicité des incarnations est variable, plus l'âme est évoluée moins elle s'incarne.
    Au-dessous des conseillers, apparait le rang des guides très évolués, Citons en exemple quelques incarnations célèbres: Platon, Mout, Venus, Indira Gandhi, Socrates, Thales, Helena Blavatsky, Shakespeare, Einstein, Li Bai, Haendel, Kǒng Qiū (alias Confucius), etc.
    Au rang d'évolution suivant, on retrouve de nombreux écrivains, poètes, musiciens, physiciens et bien d'autres, dont certains vivants à ce jour, n'ont pas encore vécu leur "déclic".
    Chaque âme incarnée doit accomplir une mission. Toutes les étapes clés de la vie de l'hôte sont écrites. Les âmes les moins évoluées servent la mission des rangs élevés. En quittant l'hôte, l'âme voit défiler les étapes clés de la mission terminée. Il n'y a pas de tunnel mais une multitude d'étoile dans la galaxie traversée à grande vitesse (d'où l'illusion).
    Je terminerai, si vous le permettez, par un petit conseil à l'attention de vos lecteurs. Partez à la rencontre de votre âme, méditez, respectez ce présent qu'est la vie.
    Au plaisir de vous lire,
    Cordialement,
    Voirlame

    RépondreSupprimer