J’ai arrêté temporairement ce blog parce que je suis en train de transcrire
les conférences de Pastor, que vous pouvez lire dans cette page :

www.omniaetpastor.blogspot.com

LA NATURE OCCULTE DU FEU



Question : Quelle est la signification du feu, globalement et en relation avec l’homme ?

Cela dépend de quel feu on veut analyser, car si l’on prend le feu dans le Cosmos, le feu sur la Terre, ou le feu dans un rituel, sa nature n’est pas la même. C’est pourtant le même élément, mais son degré vibratoire est tellement différent, que sa nature est complètement changée. Ainsi, le feu comme un élément sacré, on peut considerer qu'il a trois aspects :

-        Le feu comme moyen de former la matière.
-        Le feu comme moyen de soutenir la vie.
-        Le feu comme moyen de transmettre une vibration.


LE FEU COSMIQUE

L’aspect qui concerne plus principalement la vie sur Terre est la chaleur du feu, car c’est la chaleur du feu qui est créatrice de vie. La chaleur du feu cosmique est une sorte de substance subtile, qui arrive à se développer, qui arrive à gonfler, à prendre du volume, à se manifester dans des plans de plus en plus denses, et dans cette substance, étant donné qu’il y a mouvement, il y a création d’un feu plus materiel. (voir explication ésotérique de E=mc²)

C’est-à-dire que dans ce feu, se créent les premiers atomes de la vie. C’est dans la chaleur du feu cosmique qu’est la réserve des atomes, base même de toute la vie manifestée, parce que la chaleur est comme une matrice.

(La science déclare maintenant que les atomes dont sont constitués les planètes, les êtres vivants et en général tout ce qui est manifesté sur le plan physique, ce sont originellement formés dans les étoiles. C’est pour cela qu’au verset de la Bible qui dit : « car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière » (Genèse 3:19). L’astrophysicien ajoute : « L’homme est certes composé de poussière, mais de poussière stellaire ! »)

C’est une substance, et c’est aussi une matrice. Un jour, ce feu avec son total d’atomes créés et en même temps non créés (parce qu’ils sont créés à l’état de principe et non pas créés dans l’état qu’ils auront lorsqu’ils seront jetés dans la forme), s’approche de l’intelligence qui va diriger la forme et va être absorbé, inspiré par le mental d’une entité supérieure, que vous appelez le Logos planétaire ou solaire, cela dépend si l’on parle de la création d’un système solaire ou d’une planète.

(C’est un thème assez compliqué que j’éclaircis dans les trois Logos)

Lorsque cette entité va extérioriser le feu sacré, ce qui va sortir, ce n’est plus une substance chaleur, mais ce sont au contraire des milliards et des milliards d’atomes devenus solides, devenus institués, structurés, et étant passés par l’intelligence de cette entité, connaissent ce qu’ils doivent exécuter comme forme. Ainsi se créent les formes dans l'univers.

(Dans le système solaire on peut supposer que le feu cosmique est l’énergie qui sort du soleil, mais celle-ci est seulement l’aspect le plus dense du feu sacré, car le soleil qu’on voit est seulement le reflet du véritable soleil, lequel se trouve dans une autre dimension.)



LE FEU DE VIE

Lorsque l’on prend le feu dans le sens initiatique, ce feu-là est révélateur, il s’agit de la lumière divine. Il est la puissance de l’ordre. Puissance, en tant qu’intelligence, en tant que mental, capable de conception cosmique.

C’est le même feu qui réside en vous, au niveau de tous les chakras, c’est ce feu qui rayonne par le chakra de la tête lorsque l’individu devient illuminé. C’est ce feu-là qui guérit. C’est ce même feu qui dirige les éléments lorsque l’homme les domine par son pouvoir adquis au cours de son évolution.  C’est ce feu que vous avez mission de développer et de maîtriser en vous.

(Par exemple, un témoin a dit avoir vu le Maître Kuthumi allumer un feu, simplement en soufflant dessus. [1]

Dans son aspect le plus dense est-ce que l’on connait en l’Inde comme prâna et en Chine comme chi. Actuellement, il est encore inconnu par la science dû à sa nature subtile qui le rend imperceptible pour les instruments contemporains, mais bien connu par la sagesse orientale depuis l’antiquité.

Par exemple, l’acupuncture opère sur les canaux énergétiques de l’être humain et non sur les nerfs comme beaucoup de gens le croient. Certaines pratiques de chi-kung servent à accroitre cette énergie dans notre corps et à la manipuler pour soigner ou pour blesser.)



LE FEU DANS LES RITUELS

Le feu que l’on peut trouver pratiquement sur tous les autels, que ce soit pour les rituels religieux (la messe), les rituels populaires (fête des morts) ou les rituels de magie (soit magie blanche ou magie noire). Ce feu physique a un rayonnement dans les plans subtils. Il purifie aussi, mais seulement si l’intention de celui qui l’allume est de purifier.

C’est-à-dire que le feu en lui-même ne comporte rien de spécial, il ne comporte pas de programme, il n’est pas structuré comme les atomes, mais il va prendre la vibration de l’intention de celui qui allume la flamme. Il sert de support à l’incantation. Lorsque vous allumez une bougie, vous allumez un feu pour transporter votre message, votre évocation, jusque dans les plans subtils, là, où le feu, justement, par son rayonnement, a accès.

Attaché à ce feu, il y a une multitude d’esprits. C’est pourquoi selon l’intention de faire le bien ou le mal, vous allez obtenir la collaboration de bas ou de hauts esprits, qui eux-mêmes vont faire, soit le bien, soit le mal.

Donc tout dépend de votre couleur intérieure. Si vous allez utiliser ce feu pour appeler un ange et l’envoyer faire le bien, ou si vous allez l’utiliser pour appeler un autre esprit et l’envoyer faire le mal.



LE FEU COMME ÉLÉMENT

Le feu est avant tout support comme n’importe quel élément, que vous preniez du sel, l’huile, le charbon, l’encens. Chaque élément est un support qui correspond à une hiérarchie d’entités subtiles qui a été attachée, soit depuis la création du monde comme c’est le cas pour le feu, pour l’eau, soit ensuite par convention, comme c’est le cas pour le sel, pour l’huile.

Le sel et l’huile en eux-mêmes ne sont pas les terminus d’une hiérarchie d’êtres spécialisés. Mais à cause de leur type vibratoire dans le monde subtil et par convention d’un initiateur et d’un initié, c’est toute une hiérarchie d’esprits qui travaille grâce et à travers le sel et l’huile.

Pourquoi dire qu’un élément est comme le terminus d’une hiérarchie d’esprits ?

Il faut imaginer le plan physique comme étant une sorte de terminus où aboutissent finalement toutes les énergies cosmiques. Toutes les énergies que dans sa partie haute sont subtiles, aboutissent finalement à quelque chose de physique. (Voir les plans subtils)

De la même manière que vous avez dans la Hiérarchie Blanche, les Innommables, les Archanges, les Maîtres, les Guides et les humains nobles. Il existe aussi toute une hiérarchie d’esprits, qui dans son aspect le plus matériel est formée par les éléments. Ses membres les plus denses (connus comme élémentales ou esprits de la nature) se présentant à vous quand se donne l'occasion, sous une apparence physique. Ce qui ne veut pas dire que ces formes-là existent telles qu’elles sont apparues.

Ces entités existent avant tout en tant que vibrations qui se révèlent au contact de l’esprit humain sous la forme déjà décrite dans les mythologies tels que les salamandres, les ondines, les gnomes, les lutins, les petites fées, etc. C’est l’esprit de l'élément, l’esprit de l’arbre ou l’esprit de la fleur, qui selon la nature aussi bien biologique, chimique et vibratoire, extériorise ensuite une forme qui y correspond.

Pourquoi les gnomes sont-ils décrits de cette manière dans les mythologies?

Parce que justement la terre est lourde, pesante, endormie.

Pourquoi les salamandres, les esprits du feu, sont-elles décrites comme elles le sont ?

C’est parce que le feu est un élément supérieur à la terre. L’âme qui y règne dans le feu a un taux vibratoire supérieur et sa manifestation est en correspondance.



Pastor (guide spirituel, 11-09-86) 

[1] Article de Mohini Mohun intitulé Existent les frères Himalayans ? Dans la revue The Theosophist de Décembre 1883.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire