COMMENT VIVRE NOS VICES ET ÊTRE SPIRITUEL AU MÊME TEMPS ?




Lorsque l’on est incarné, il se trouve que l’on va avoir à faire face aux éléments de notre nature dite inférieure, et de là qu’il y ait beaucoup de difficultés et tous les problèmes pour parvenir à marcher sur le chemin de la spiritualité, même quand on en a l’intention, même quand on le veut sincèrement.

Mais il se trouve à un moment donné il va y avoir un point sur lequel on va immanquablement déraper, et lorsque le dérapage a lieu, la conscience de l’individu n’est pas du tout satisfaite, il est fâché de ne pas avoir suffisamment de résistance et de volonté, et d’être soumis encore une fois par un désir profane.

Et alors cet humain agit un peu comme le scorpion qui retourne son dard contre lui-même et il se pique à lui-même.

Et de la même manière, c’est à ce moment-là qu’ayant commencé à marcher sur la voie de l’amour qu’est la spiritualité, cet humain soudainement change de terrain et se met à marcher sur la voie de la haine. L’haine contre lui-même, la haine pour ne pas être encore capable de résister ceci ou cela. La haine contre lui-même pour ne pas être encore capable de faire preuve de maîtrise, de vision, de détachement, de clairvoyance, etc.

Mais agir comme cela c’est une erreur parce que la personne au lieu de s’élever, elle est en train de s’enfoncer vibratoirement.

Or si vous voulez commencer à travailler quelque part sur votre développement spirituel, il faut commencer par justement être en paix avec vous-même, et comprendre que vous n’allez pas forcément dès les premiers pas de la spiritualité, aller combattre les éléments qui constituent votre nature humaine et qui dans l’incarnation s’expriment de façon inférieure.

C’est plus loin sur le chemin du développement que vous allez devoir mâter ces énergies-là. Mais pour démarrer et pour faire une première distance, vous n’avez pas besoin de tout de suite contrecarrer votre nature humaine, et de constater avec chagrin vous n’êtes pas encore capable de maîtriser ceci ou cela, et que donc vous avez encore des défaillances pour tel plaisir ou pour telle joie bien terrestre.

Donc le premier pas qu’il faut faire quand on commence à avancer sur le chemin de la spiritualité, c’est d’être en paix avec soi-même.

Or être en paix avec soi-même, dans la pratique cela veut dire quoi ?

Cela veut dire quelque chose de très simple et je vous le mets en majuscules pour que vous le lisiez avec attention :

IL FAUT SIMPLEMENT CHANGER LA VISION DE CE QUE L’ON FAIT DE PROFANE, MÊME SI ON LE FAIT ENCORE.


Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Je veux dire tout simplement que vous devez être attentif à que l’intention qui vous pousse pour vivre tel désir profane, soit une intention qui n’ait plus sa source dans quelque chose de méprisable, mais au contraire que ce soit dans une joie qui s’accomplit (même si cette joie elle est profane).

Ce qui fait que lorsque vous allez éprouver un désir, alors que vous savez très bien que l’initié n’éprouve pas ce genre de désir (comme par exemple le désir de la sexualité, le désir de la gourmandise, etc.). Ce que vous pourrez faire, c’est de vous permettre d’éprouver ce désir. Mais entourez ce désir de joie, de beauté, de propreté, de dignité et quelque part aussi d’une forme de grandeur.

Et par ce fait, le désir que vous éprouvez et que vous savez très bien qu’il appartient encore au règne inférieur de la conscience, ce désir-là ne deviendra pas quelque chose de pernicieux, de négatif ou d’inférieur. Mais il se trouvera au contraire sublimé par la petite poudre d’or qui est la conscience de la joie et la conscience de la dignité. Ce qui fait que même si vous allez expérimenter quelque chose de profane, vous allez élever vos vibrations parce que vous allez l’expérimenter d’une façon positive.

Tandis que si vous abordez vos désirs profanes d’une façon négative parce que vous sentez que vous êtes en train de commettre un péché et que vous vous en voulez d’être encore si faible et de ne pas pouvoir résister au plaisir de la chaire, au plaisir de l’alcool, etc. Alors vous vous obscurcissez à cause que vous faites de cette expérience quelque chose de vil, quelque chose de pernicieux.

Et le chemin spirituel au lieu de vous faire évoluer, vous fait involuer parce que vous vous remplissez de haine, haine vers vous qui êtes si faibles et haine vers Dieu qui vous oblige à faire tant d’efforts.

Mais la réalité est que vous n’avez pas besoin, sous prétexte que vous commencez un chemin spirituel, vous n’avez pas besoin d’arrêter vos désirs profanes, et ainsi par exemple de plus pouvoir jouir des relations sexuelles, ou de ne plus pouvoir gouter une bonne bouteille de vin, ou ne plus pouvoir vous déliter avec les cigarettes, etc.

Et ainsi vous allez vous aigrir la vie parce que dès demain, vous ne devez plus regarder ni les filles, ni les garçons, ou que vous ne pouvez plus manger des tartes aux pommes, ou que le petit verre d’alcool après le repas, c’est fini, et que désormais tout plaisir profane est quelque chose de définitivement à bannir.

NON

Dieu ne vous demande pas cela. Les maîtres ne vous demandent pas cela. Personne dans le monde spirituel ne vous demande cela.


Ce que vous devez comprendre ce que chacun peut choisir la vitesse à laquelle il veut évolutionner, et qu’il vaut mieux aller à un pas tranquille mais constant que de vouloir aller trop vite et se blesser et s’effondre pour avoir trop ambitionné.

Donc si vous sentez que c’est trop dur vivre la vie sans vos plaisirs profanes, acceptez que vous êtes encore des jeunes âmes et que pour autant vous avez encore besoin d’expérimenter les plaisirs terriens, et laissez la vie de saint pour plus tard, et maintenant travaillez sur votre spiritualité dans d’autres aspects, comme par exemple : être une bonne personne, apprendre à pardonner, apprendre à avoir une attitude plus positive, à développer votre discernement, etc.

Mais en ce qui concerne les plaisirs profanes :

EXPÉRIMENTEZ-LES !!!

Mais faites-le sans la sensation d’être en train de commettre quelque chose de mauvais, mais au contraire expérimentez-les avec joie et harmonie.

Parce qu’il est très important que vous compreniez que chaque fois que vous accomplissez une action profane (quelle qu’elle soit) et que vous l’entourez avec une attitude qui est sale ou qui est coupable, une attitude qui est pleine de soupçons. Alors cette action va être salie, ce qui fait que lorsque vous allez l’intégrer dans votre vie, vous allez en même temps vous imprégner de cette salissure.

Tandis que, quelle que soit l’action profane que vous accomplissez, mais si vous l’effectuez avec une attitude propre, positive, harmonieuse, alors même si cette action profane a ses inconvénients (et c’est pour cela que les humains très spirituels ne la pratiquent plus). Mais lorsque vous allez l’intégrer dans votre vie, il n’y aura que de la propreté en vous.

Et c’est pourquoi il faut faire extrêmement attention aux intentions lorsque l’on commence sur le chemin spirituel. Et si l’on veut véritablement faire un effort quelque part, c’est là qu’il faut le porter avant tout : sur l’intention.

Donc ne vous souciez pas si maintenant vous ne pouvez pas laisser les plaisirs profanes. Par contre portez votre attention à la manière comme vous les expérimentez. Et observez si la manière comme vous les expérimentez sublime cette expérience ou si pour le contraire sali cette expérience.

Et si la manière comme vous abordez vos plaisirs profanes sublimes votre expérience, alors progressivement et à mesure que vous allez continuer à évoluer en vous développant dans les autres aspects de la spiritualité (être une bonne personne, avoir plus de discernement etc.).

Vous allez vous rendre compte que vous allez avoir de moins en moins besoin d’expérimenter ces désirs profanes, et ceci d’une manière naturelle sans besoin que vous vous forciez à les laisser.

(Maître Pastor, conférence du 03.11.89)





OBSERVATIONS

Pour nous libérer de nos vices et de nos goûts profanes, il y a différentes options. Nous pouvons nous confronter directement à eux, ou nous pouvons chercher à les remplacer par une autre chose, ou nous pouvons les accepter mais d'une manière positive.

Et c’est cette dernière option qui est préconisée par Pastor expliquant que si nous expérimentons nos désirs profanes d'une manière positive et propre, alors nous sublimons cette expérience et peu à peu et de manière naturelle nous nous en libérerons sans besoin de souffrir et nous torturer pour y arriver





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire